amie prodigieuse

 

Je viens de terminer le quatrième et dernier tome de "l'Amie prodigieuse"... Le moment est donc venu de vous dire ce que j'ai pensé de ces romans. Je ne reviendrai pas sur le tome 1 car j'en avais déjà parlé ici.

Pas facile de résumer plus mille pages en quelques lignes ; d'autant que ces mille pages recouvrent plusieurs décennies ; une vie entière... D'un point de vue général, on reste sur le sentiment d'ambivalence d'Elena : issue d'un quartier défavorisé, elle parvient à se hisser dans la classe sociale supérieure grâce à de brillantes études et un travail acharné, mais toute sa vie elle se sentira illégitime, décalée, tiraillée entre ses origines et ce qu'elle a gagné. Géographiquement d'abord, elle étudiera à Pise puis vivra à Florence (le Nord semble toujours, pour les Italiens comme pour les étrangers, "propre" et civilisé, alors que le Sud a une image plus sale et péjorative, notamment à cause de la mafia. Monter dans le Nord est donc synonyme de réussite). Elle s'élève socialement, intellectuellement.

Mais après son divorce, elle rentre à Naples, puis finit par revenir dans son quartier d'origine, dans un appartement juste au-dessus de chez Lila, son amie d'enfance. Le dernier tome accélère considérablement le temps, et se termine alors qu'elle est grand-mère depuis peu.

La saga ne cesse de mettre des élémenrts en opposition : l'élégant italien contre le grossier dialecte (Elena elle-même repasse au dialecte quand elle s'énerve), Lila, restée à Naples et qui a stoppé ses études en primaire malgré une grande intelligence, contre Elena qui a étudié ; le travail légal contre le travail illégal avec les frères Solara qui tissent leur toile sur le quartier et sur Naples ; le Nord contre le Sud, les origines sociales contre l'ascension sociale...

Dans le tome 2 Elena résume sa vie à un "presque" : "J'y étais parvenue ? Presque. Je m'étais arrachée à Naples et au quartier ? Presque". Comme je disais plus haut elle ne se sent pas légitime à la place qu'elle occupe. Quand elle revient au quartier, les autres la traitent comme l'une des leurs, mais tout en lui rappelant qu'elle a fait des études et qu'elle est un écrivain reconnu.

D'un point de vue global, c'est bien écrit. Il y a des longueurs car Elena est beaucoup dans l'instrospection ; et à certains moments je me suis sentie en manque d'action. Et puis, comme je l'avais indiqué précédemment, j'ai trouvé l'histoire un peu ennuyeuse lorsque Lila passait au second plan. En effet, Lila est volcanique, alors que Elena est beaucoup plus sage ; elle travaille, elle a une vie tranquille... Le piment, c'est Lila. J'ai apprécié la quatrième tome, après le retour d'Elena à Naples, parce qu'il y a beaucoup d'action. Lila traverse un drame (on comprend alors le titre de ce dernier volume... mon coeur de maman a saigné un peu).

Par contre, j'ai terminé sur une note de frustration car ATTENTION SPOIL (passez le curseur dessus si vous voulez savoir) on ne sait pas vraiment pourquoi Lila a disparu FIN DU SPOIL. Et là j'avoue que j'en ai un peu voulu à l'auteur parce qu'il était plus de minuit bordel.

Mais j'étais malgré tout triste de quitter ces personnages. J'en retire deux choses : 1- ça m'a donné envie de visiter Naples et le sud de l'Italie (bien que je n'irais pas m'aventurer dans les quartiers chauds), et 2- j'ai vraiment envie de découvrir la série qui a été tirée de ces livres. Je compte bien m'y atteler un de ces quatre, mais je suis une vieille de 35 ans qui ne connaît rien à Netflix.