Aujourd'hui je vais vous parler d'une collègue de travail. Enfin, « collègue de travail » ; je devrais plutôt dire « niaise de travail », ou « gentille fifille de merde que tu as envie de lui coller une claque de travail ».

 

Vous vous rappelez du sketch de Florence Foresti sur les filles douées pour la vie à deux ? Les filles toutes douces, qui rigolent silencieusement et boivent du jus de papaye? Ben j'en ai un superbe spécimen sur mon lieu de travail...

 

Alors je sais que c'est moi qui ai un problème, hein ^^ En tant que névrosée et handicapée profonde des relations humaines, je me prends la tête avec 90 % des gens parce que je ne sais pas les apprécier normalement, ou à défaut cohabiter avec eux. Nan, les gens, soit je les kiffe à mort, soit je les déteste. Et elle, je la déteste avec sa gentillesse et ses sourcils.

 

Mais qu'est ce que ses sourcils viennent faire là-dedans ?, allez-vous me dire. Et bien parce qu'elle fait partie des gentilles nunuches qui font les sourcils en accent circonflexe quand on leur adresse la parole. Vous savez, les sourcils qui veulent dire « Je sais que tu vas me dire un truc super intéressant donc je défronce les sourcils en même temps que j'ouvre mes oreilles et mon trou de balle». Ces sourcils sont bien sûrs accompagnés de la bouche entrouverte, sinon c'est pas drôle.

 

Ensuite, elle ne dit jamais un mot plus haut que l'autre ; elle parle toujours tout doucement. J'ai HORREUR des gens qui parlent tout doucement. Même quand je l'envoie chier, elle répond doucement. Quand elle veut me demander un truc et que je fais semblant de ne pas la voir suis occupée, plutôt que m'appeler elle attend une heure en se tortillant sur ses jambes et finit par oser un minuscule « Euh... Dawn Girl ? »

 

obelix

Voilà ma réponse à ta voix douce, bécasse

 

A table elle laisse la moitié de ses frites parce qu'il ne faudrait pas qu'elle prenne du cul (pendant que moi et mon autre collègue on s'est fait un plaisir de tout bouffer comme des chancres. Le gras c'est la vie). Sur son fond d'écran de portable il y a une photo d'elle et de son copain, qui a l'air aussi niais qu'elle. Parmi ses contacts téléphoniques, on trouve une « Luciole » avec un keur à côté. Beurk.

 

BREF, toute la panoplie de la parfaite nouille qui m'insupporte.

 

En fait, ce qui me dérange chez elle, c'est que je la trouve trop gentille pour être honnête. Je ne la sens pas. Je suis sûre qu'elle nous prépare un sale coup ; je ne peux pas expliquer pourquoi mais elle me paraît fausse ; faussement gentille. D'ailleurs, la gentille fifille a quand même réussi à négocier avec mon patron (pour qui on a le droit de prendre une journée uniquement si on est décédé), de s'absenter pour un week-end au ski, et hop un samedi parce qu'elle est de mariage... Le genre de truc que ma collègue qui est là depuis 7 ans n'a jamais osé demander... De plus, elle arrive à la bourre tous les matins alors qu'elle travaille au fauteuil avec lui :-S Bref, pour une timide / toute douce / gnangnan / gentille, je la trouve très sûre d'elle.

 

On verra si l'avenir me donne raison, mais croyez-moi, j'ai du pif. Les gens me prennent pour une folle quand je devine des trucs sur une personne, mais très souvent il s'avère que j'avais raison. Nous verrons...

 

En cadeau pour ceux qui ne l'auraient jamais vu : le sketch de Florence Foresti